Au Pérou, Honduras et Brésil, trois défenseuses de l’environnement affrontent les multinationales pour défendre leurs droits, l'environnement, leurs territoires. En quoi une loi sur le devoir de vigilance peut-elle les protéger, elles et leurs communautés ?

Le film

« The Illusion of Abundance » suit trois femmes confrontées aux actions destructrices de certaines des plus grandes sociétés multinationales d’Amérique latine : Bertha Caceres, assassinée en 2016, leader indigène Lenca du Honduras, Carolina qui vit au milieu d’une région minière du Minas Gerais, au Brésil, et Maxima qui résiste depuis sa maison au Pérou, à côté de la deuxième plus grande mine d’or du monde.

Malgré la distance qui les sépare, ces femmes partagent un objectif commun : défendre les droits et les moyens de subsistance de leur communauté, et protéger notre planète, nos terres, nos rivières et notre climat des activités néfastes des entreprises.

D’autre part, la Belgique et l’UE débattent pour l’élaboration d’une loi ou directive sur le devoir de vigilance. Ces lois peuvent-elles modifier le comportement des entreprises et faire progresser les droits humain et environnementaux ? Les entreprises qui violent ces droits et contaminent l’environnement doivent-elles rendre des comptes ? Les victimes et les défenseurs des droits humains ont-ils accès à un recours en justice effectif ?

Le débat

Le film se poursuivra par une rencontre avec Carolina de Mouro, journaliste et militante, protagoniste brésilienne du film et des réalisateurs du film et d’une explication de la campagne « La justice est l’affaire de tous », suivi d’une possibilité de boire un verre ensemble.


Attention : le film est en langue d’origine (espagnol, portugais) et sous-titré en anglais. La rencontre se fera en anglais.