Logo Comment obliger les entreprises à respecter les droits humains, sociaux et environnementaux

Les droits humains n’ont pas de prix

Comment obliger les entreprises à respecter les droits humains, sociaux et environnementaux

Dossier de campagne

7 février 2022

La pauvreté et les inégalités n’ont rien de naturel : elles sont le résultat d’un système économique mondial qui permet à un petit nombre de pays de contrôler les politiques économiques du reste du monde et qui accroît le pouvoir des multinationales vis-à-vis de tous les acteurs de l’économie (non seulement les États, mis en concurrence pour attirer les segments de production les plus rentables, mais également les syndicats, les consommateurs, etc.). Et la difficile conciliation entre prospérité économique et respect des droits humains qui en découle ne date pas d’hier. L’émergence de l’Europe, puis des États-Unis, s’est faite dans un contexte de violations des droits humains sur leur propre sol et à l’étranger (travail des enfants, répression de la contestation sociale, colonisation, extractivisme, esclavage, etc.).

Toutefois, le passé a aussi montré que des limites pouvaient être mises à la toute-puissance de certains secteurs économiques, grâce notamment à des mouvements sociaux capables de faire entendre leur voix et à des États volontaires et en capacité de réglementer l’économie et de soutenir les alternatives.

C’est dans ce cadre que s’inscrit ce dossier de campagne, structuré en quatre chapitres. Le chapitre 1 vise à remettre en contexte les enjeux actuels entourant la problématique des entreprises et des droits humains. Pour ce faire, il décrit les principales mutations de la configuration du commerce mondial engendrées par le virage néolibéral à la fin des années 1980, ainsi que leurs conséquences au détriment du respect des droits humains, en particulier les droits sociaux et la garantie du respect des normes environnementales.

Face à un déséquilibre ainsi exacerbé entre recherche des profits d’un côté et respect des droits humains de l’autre, le chapitre 2 rappelle que la primauté des droits humains sur les intérêts économiques et commerciaux est un enjeu universel et que sa garantie relève d’une responsabilité collective nécessitant un engagement multi-acteurs, multisectoriel et mondial.

Des solutions existent pour espérer concrétiser cet engagement, c’est l’objet du chapitre 3, qui développe plusieurs pistes pour renforcer le cadre légal existant au profit des droits humains dans une perspective systémique, chacune des alternatives proposées étant essentielle au changement mais non exclusive.

Enfin, à la lecture du document il est probable qu’une envie d’agir vienne chatouiller vos entrailles, le chapitre 4 aborde quant à lui les différents moyens d’action pour promouvoir ces alternatives. Comment s’impliquer, se mobiliser et contribuer à rendre justice aux droits humains dans le commerce et faire en sorte d’obtenir gain de cause ?

URL : https://www.devoirdevigilance.be/dossier-campagne-droits-humains-prix-entreprises